samedi 24 mars 2018

- Issak -

de Shinji Makari & Double-S
Ki-oon
Seinen
Sortie en librairie le 8 mars 2018 - Série en cours (1 tome actuellement)

Grande amoureuse de l'Histoire, j'ai aimé apprendre des choses sur une guerre que je connaissais mal : la Guerre des Trente Ans. Quand Japon et Europe se rencontrent sous la plume de ces auteurs, ça donne quelque chose de puissant !

- Quatrième de couverture -

1620. L'Europe est déchirée par une guerre qui oppose catholiques et protestants. Dans la forteresse de Fuchsburg, en Allemagne, des réfugiés affluent de toute la région. Parmi eux se trouve Issak, un guerrier hors pair au talent de tireur inégalé. Avec ses longs cheveux noirs, ses yeux bridés, son sabre et son imposant fusil, il ne passe pas inaperçu… Venu du Japon, il combat comme mercenaire aux côtés des protestants. En réalité, il n'a qu'un but : laver l'honneur de son maître assassiné. Le meurtrier se serait mis au service des catholiques, et Issak parcourt les champs de bataille pour le retrouver ! Mais cette fois, la situation est désespérée : cernée par l'ennemi, Fuchsburg semble vouée à la destruction... Le samouraï errant parviendra-t-il à changer le cours de l'histoire ?

- Mon Avis -

J'avais peur que l'Europe soit fantasmée. Pas du tout : les Européens sont tous représentés de manière réaliste, on arrive même à voir les différence vestimentaires et militaires entre Allemands et Espagnols. J'avais peur que Issak soit une caricature de guerrier Japonais. Pas du tout : si lors de notre première rencontre avec Issak on a l'impression de voir un archétype cette idée disparaît très vite. Issak est effectivement un taiseux en armure avec un sabre sur le côté, mais c'est un guerrier moderne, qui n'a pas un caractère bavard et qui est profondément déterminé à accomplir son projet. Là où certains mangas auraient évidemment poussés les Européens à rendre un hommage à Issak pour son courage et sa vision du monde, ici au contraire on a une approche beaucoup plus crédible. Les Européens ne comprennent pas Issak, mais le respectent. Entre la plume efficace du globe-trotteur Shinji Makari (très connu pour ces précédents mangas au Japon) et le dessin tout en finesse et violence de Double-S, ce manga va faire des ravages dans nos cœurs ! Bataille à suivre de près !

- L'Atelier des Sorciers -

de Kamome Shirahama
Pika Editions
Seinen
Sortie en librairie le 7 mars 2018 - Série en cours (1 tome actuellement)

Un grand merci aux éditons Pika pour leur confiance. Si L'Atelier des Sorciers a été discret jusqu'à sa sortie. Il commence à faire parler de lui, et à très juste titre ! Au menu : magie, art et beauté !

- Quatrième de couverture -

Coco a toujours été fascinée par la magie. Hélas, seuls les sorciers peuvent pratiquer cet art et les élus sont choisis dès la naissance. Un jour, Kieffrey, un sorcier, arrive dans le village de la jeune fille. En l’espionnant, Coco comprend alors la véritable nature de la magie et se rappelle d’un livre de magie et d’un encrier qu’elle a achetés à un mystérieux inconnu quand elle était enfant. Elle s’exerce alors en cachette. Mais, dans son ignorance, Coco commet un acte tragique ! Dès lors, elle devient la disciple de Kieffrey et va découvrir un monde dont elle ne soupçonnait pas l’existence !

- Mon Avis - 

Kamome Shirahama n'est pas une débutante ! Illustratrice en free-lance, elle a déjà travaillé pour DC Comics et Marvel, et possède un diplôme des Beaux-Arts de Tokyo. Et son travail est magnifique à observer. Détaillé, minutieux, ses sources dans l'art déco, l'art nouveau, les illustrateurs américains ou encore franco-belges donnent à son trait une douceur et une puissance incroyable. On se plait à imaginer un Atelier des Sorciers en livres d'images, et le tout en couleur ! Si les débuts de l'histoire sont très codifiés : une enfant qui devient une élue et va découvrir un nouveau monde, l'auteur ajoute très vite sa vision des choses pour notre plus grand plaisir. L'originalité concernant la magie est d'ailleurs porteuse de nombreux messages et métaphores ! L'Atelier des Sorciers est un vrai bijou à conserver avec fierté dans sa bibliothèque !
NB : les éditions Pika ont sorti simultanément une édition collector du premier tome avec un artbook remplis d'illustrations et de croquis de l'auteur. Un beau cadeau pour les collectionneurs et les amoureux de crayon !

- Père Fouettard Corporation -

de Hikaru Nakamura
Editions Kurokawa
Seinen
Sortie en librairie le 7 décembre 2017 - Série en cours (1 tome actuellement)

Un grand merci aux éditions Kurokawa pour leur confiance. Si j'ai découvert cette nouvelle série juste après Noël, je n'en ai pas moins apprécié l'ambiance festive et si drôle. Un manga pour tous les amoureux des fêtes de fin d'année... et ceux qui les fuient !

- Quatrième de couverture - 

Au Japon, c''est la crise. Pas facile d'avoir un boulot quand on n'a pas de diplôme. Miharu Hino, 22 ans et abonné aux CDD pourris, en sait quelque chose. Et le père Fouettard, vous connaissez ? Celui qui se balade à Noël avec un fouet et un grand sac pour y plonger les vauriens. Miharu s'apprête à la rencontrer. Bien loin d'être un affreux moutard, notre héros se retrouve malgré lui au fond du sac du père Fouettard, en route pour le pôle Nord ! Il y découvre le véritable visage de Noël, plus proche d'une multinationale peu scrupuleuse que d'un atelier coquet. La petite entreprise du père Fouettard ne connaît pas la crise. 


- Mon Avis -

Fan de Hikaru Nakamura, qui nous a déjà bercés par son humour avec Les vacances de Jésus & Bouddha, j'ai été ravie de retrouver sa patte dans cette nouvelle histoire. Jouant sur le mythe de Noël, qu'elle s'amuse à briser chapitre après chapitre, l'histoire nous transporte dans un univers loufoque où le respect n'existe pas pour le pauvre Miharu totalement dépassé par les événements. Ce dernier, héros looser, peut parler à de nombreux lecteurs (étudiants, jeunes adultes et autres) qui pourront tout à fait se reconnaître en lui. Qui n'a jamais galéré pour trouver un job d'été, un stage ou encore un (premier) emploi ? Gentil sans être niais, touchant avec toujours une pointe de dramatique, Père Fouettard Corporation est un excellent manga feel-good qui nous réchauffe le coeur. 
Ps : je peux envoyer mon CV au père Fouettard ? Non, parce que le contrat est très alléchant !

- Centaures -

de Ryo Sumiyoshi
Editions Glénat
Seinen
Sortie en librairie le 17 janvier 2018 - Série en cours (2 tomes actuellement)


Sorti en librairie avec une discrétion de libellule, Centaures fait son petit bonhomme de chemin dans le coeur des lecteurs. Difficile d'imaginer la claque que c'est une fois qu'on commence l'aventure !

- Quatrième de couverture - 

Plus téméraire qu'un cheval, plus fier qu'un homme, le centaure est un être divin, côtoyant les hommes depuis la nuit des temps. Mais en ces périodes de trouble, les humains les ont réduits à l'esclavage, afin de les utiliser comme “armes de guerre”. Pour sauver son fils, le fier et sauvage centaure Matsukaze se laisse capturer par les humains. Il y fait la rencontre de Kohibari, un jeune mâle de son espèce, apprivoisé par les hommes. Ensemble, ils tenteront une folle évasion pour reconquérir la liberté de leur peuple…

- Mon Avis - 

Partant (encore une fois, faudrait que je me soigne) avec un gros à priori sur l'idée de mélanger mythologie grecque et Japon médiéval j'ai été immédiatement remise à ma place par la beauté des planches. Trait fin, soigné, vif et arrivant a être d'une tendresse et d'une férocité en même temps, Centaures est un vrai tableau à admirer sans se lasser. Si l'histoire est simple, elle fonctionne dès les premières pages. Le lecteur n'a pas le temps de se poser des questions, l'impression de danger est immédiate et la course folle s'engage. Révolté, dramatique, émouvant et passionnant, Centaures est un vrai chef d'oeuvre qui nous habite encore longtemps après avoir fermé le manga. 

- The Promised Neverland -


de Posuka Demizu et Kaiu Shirai
Kazé
Shônen
Sortie en librairie le 25 avril 2018 - Série en cours (1 tome actuellement)

Un grand merci aux éditions Kazé et à Anita pour leur confiance. Gros titre pour leur année 2018, The Promised Neverland est un plongeon dans l'angoisse pure. Tension et suspens sont au rendez-vous alors on prépare bien son rythme cardiaque avant de lire !

- Quatrième de couverture - 

Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l'orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et sœurs, ils s'épanouissent sous l'attention pleine de tendresse de "Maman", qu'ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l'abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s'échapper, c'est une question de vie ou de mort !
- Mon Avis - 

Difficile de vous parler de ce manga sans révéler le secret de Grace Field House. Si les indices sont dispersés dès le premier chapitre (numéros tatoués sur les enfants, interdiction de quitter l'enceinte de la maison, etc.) l'horreur ne fait que grimper au cours de l'aventure. Il n'y a aucun moment de répit dans cette histoire, lorsque l'on croit être à l'abri pour quelques instants un nouvel élément arrive à la charge pour nous retourner le cerveau. Vraie course contre la montre, et la mort, ce shônen regorge de bonnes idées. On comprend vite que l'auteur sait très bien dans quelle direction il va et qu'il compte bien jouer avec les attentes des lecteurs adeptes du genre. Les héros sont des enfants ? On va leur donner une intelligence particulièrement aiguisée. Le danger semble écarté pour la bonne suite des opérations ? Coucou ! Une surprise de taille qui s'incruste dans le scénario. Le tout dans une ambiance sombre avec des personnages loin d'être manichéens, illustré par un trait faussement doux et rond des premières planches. A lire d'urgence !

Envie de visiter Grace Field House ? 
C'est par ici : http://minisites.kaze.fr/the-promised-neverland/intro.html


vendredi 23 mars 2018

- Nous les filles de nulle part -

De Amy Reed
Albin Michel 
Young Adult
Sortie en librairie le 28 février 2018

Un grand merci aux éditions Albin Michel pour leur confiance. C'est un roman qui commence à faire parler de lui de par son thème très actuel. Et c'est un livre qu'on devrait mettre entre toutes les mains, homme et femme, adolescent et adulte. 

- Quatrième de couverture - 

A : destinataires cachés
De : LesFillesdeNullePart

Chères amies, 

Vous en avez marre ? Vous avez peur ? 
Vous en avez marre d'avoir peur ? 
Vous êtes EN COLÈRE ? 
On sait ce qu'ils ont fait. Spencer Klimpt, Eric Jordan et Ennis Calhoun. On sait qu'ils ont violé Lucy. On sait qu'ils ont fait du mal à d'autres, probablement beaucoup d'entre nous. On sait qu'ils recommenceront. 

Vous êtes prêtes à agir ? A ne plus vous taire ? 

Rejoignez-nous. Ensemble nous sommes plus fortes qu'eux.

Nous ne nous tairons plus.

Nous les Filles de Nulle Part.
- Mon Avis - 

Honnêtement, j'étais partagée sur ce livre avant même de le lire. D'un côté j'avais hâte de me lancer dans ma lecture pour voir comment ce sujet était abordé dans une actualité comme la nôtre. Mais de l'autre côté, j'avais peur de commencer à cause de mon empathie. Je pressentais que cette histoire allait remuer quelque chose en moi, et j'avais tout à fait raison. Colère, frustration, rage, j'ai failli jeter ce livre contre un mur plusieurs fois ! J'ai même failli ne pas le finir, ma patience ayant atteint ses limites. Mais j'ai continué jusqu'à la dernière ligne, j'ai surligné beaucoup de passages et collé de nombreux post-its. Parce que ce livre est écrit avec une justesse qui fait froid dans le dos. 
On découvre des adolescents de tout horizon, qui n'ont pas été parfaitement préparés à la sexualité et au respect. Filles comme garçons, personne ne voit ce qui ne va pas, et tout le monde rejette ceux qui comprennent, souvent trop tard. On découvre aussi la force et le courage des gens blessés, des amitiés, des familles. On découvre des personnes malades, timides, amoureuses, tristes, carrées, sournoises, extrêmes. Un vrai tableau de société qui ne s'attardent pas obligatoirement sur tous, mais nous les présente tout de même, parce qu'on a tendance à trop vite les mettre de côté. 
Nous les filles de nulle part est un livre qu'il faudrait mettre entre les mains de tous : hommes ou femmes, adolescents ou adultes. Si les héroïnes sont des jeunes filles, le message est universel. 

samedi 10 février 2018

Warcross

- Informations -

Auteur : Marie Lu
Editeur : PKJ
Genres : dystopie, science-fiction, YA
Date de parution : 4 janvier 2018
Prix : 18 € 50
416 pages

- Quatrième de couverture - 

La vie est dure pour Emika, 18 ans, criblée de dettes, et qui survit comme chasseuse de primes dans les entrailles de Manhattan. Aussi, bien décidée à fuir cette réalité, la jeune femme chausse ses lunettes connectées et plonge dans l'univers fantastique du jeu en réseau le plus incroyable 
jamais inventé : Warcross. Mais quand elle pirate la finale du grand tournoi de l'année, elle est repérée par l'intrigant créateur du jeu : Hideo Tanaka, un jeune et beau génie dont les fans se comptent par millions. Emika sent pourtant que les intentions d'Hideo dépassent le cadre de Warcross et pourraient bien faire vaciller la frontière fragile entre réel et virtuel...

- Mon Avis - 

Déjà je voudrais remercier les éditions PKJ pour leur confiance. Grâce à vous j'ai découvert Marie Lu (fille toujours en retard), merci beaucoup !

Warcross avait tout pour me plaire : Tokyo, Hideo Tanaka (celui-là il est à moi, pas touche mesdemoiselles !), jeux vidéos, réalité virtuelle, chasseuse de primes ! Que des éléments pour me convaincre et me faire aimer ce livre. Et ça a marché bien évidemment ! Mais oui ! J'ai beaucoup aimé Warcross

Cette découverte d'un Tokyo futuriste, d'un monde virtuel où les matchs sont dantesques et où une panoplie de personnages bien construits se rencontrent le temps d'une partie, ou d'un mystère... tout est absolument génial. Marie Lu est une auteur qui a déjà fait ses preuves avec deux trilogies sorties ces dernières années (trilogies qu'il va falloir que je découvre) et elle sait emporter son lecteur dans un monde à la fois merveilleux et douteux. Merveilleux pour la technologie, le futuriste et la puissance des inventions de Hideo Tanaka. Douteux pour les questions que Warcross amène forcément, ainsi que les dangers liés à l'informatique. Warcross est un concentré de bonnes choses. 

Cependant ma lecture a duré plus longtemps que prévu, et je pense que malgré toutes ces bonnes choses, le roman a un peu souffert de ma connaissance du genre. Malgré ses excellentes idées liées à la réalité virtuelle, Marie Lu reste dans le schéma type pour la littérature Young Adult : une héroïne orpheline, dans la précarité qui va voir sa vie brusquement changer grâce à un changement social et une rencontre. Si le lecteur est un fan du genre, les ficelles du récit lui seront vites révélées. Il n'y a donc pas eu de grosses révélations pour moi à la fin de ce premier tome. J'ai aussi un peu regretté l'écriture de Marie Lu (même si on parle plus de traduction ici, l'auteur étant américaine) qui bien que concise et agréable tombe dans ma case "écriture américaine" (oui j'ai des cases d'écriture, je suis bizarre je sais). 

Mais il ne s'agit là que de détails. On peut tout à fait aimer un roman stéréotypé si il est bien mené. Et c'est justement le cas avec Warcross. Si ma soif d'originalité n'a pas totalement été assouvie, j'ai quand même adoré le voyage et je suis curieuse de découvrir la suite. 

Je vous conseille donc vivement Warcross. Si vous êtes comme moi grand amoureux des mangas ça vous parlera forcément, et si vous aimez surtout la dystopie, ça vous plaira également ! Tout le monde joue à Warcross, tout le monde peut aimer Warcross. Vive Hideo Tanaka (cri du coeur).

- Réflexion du chapeau - 

En découvrant l'univers de l'histoire j'ai été un peu désappointée par la couverture française. Même si elle est très jolie je trouve qu'elle minimise l'impact de la technologie dans le récit. Warcross c'est révolutionnaire, brillant, imposant et le choix du dessin et des couleurs (notamment la chevelure de Emika) pour cette couverture me donne un effet trop léger. 

Pour vos petits yeux ébahis mes chatons, la couverture originale (simple mais efficace) et un fanart diffusé par l'auteur elle-même sur son site internet.